Camp de Pâques

Ce samedi 25 avril, c’est à Cléron que se sont retrouvés les éclaireurs et les éclaireuses.
Une fois les tentes montées et tout le monde installé, une petite thèque était de rigueur ! Même l’averse diluvienne qui nous a surpris n’aurait pas pu nous décourager, et la partie s’est poursuit en dérapages contrôlés dans la boue.
Malgré le bois trempé, les patrouilles ont allumé leurs feux sans problème pour cuisiner.
Lors de la veillée, nous avons rencontrons Robinson, qui nous raconte son naufrage tout en nous apprenant quelques chants marins, et qui demande notre aide pour tenter de survivre sur l’île.

Le lendemain, après une petit grasse matinée bien méritée, chacun accourt pour le dérouillage. Après avoir couru jusqu’à la Loue et s’être débarbouillé avec son eau fraîche, tout le monde est réveillé ! Un bon petit déjeuner est bien mérité.
Ce matin, les éclaireurs découvrent un nouveau jeu : le scoutball, et après quelques parties, ils enchaînent avec un foot improvisé. Rien de tel pour se défouler !
Après le repas, les éclaireurs profitent de leur temps libre. Soudain, d’étranges personnages surgissent et troublent le calme des coins de patrouilles : il s’agit de Robinson et Vendredi, terrifiés, qui s’enfuient dans la forêt. Quelque instants plus tard, un étrange personnage apparaît à son tour, vraisemblablement un autochtone de l’île, qui ne nous cache pas ses intentions : Robinson et Vendredi doivent lui servir de repas. Il s’élance à leur poursuite et disparaît à son tour. Cet incident semble avoir semé le trouble dans les esprits d’ordinaire si soudés des éclaireurs : tandis que les Aigles prennent la défense de Robinson, les Renards se rallient à la cause du sauvage. Quand aux Panthères, elles se divisent dans les deux camps.
L’affrontement semble inévitable…
Les deux équipes commencent par chercher des mines d’or afin de récolter l’argent qui leur permettra de gagner la bataille.
Puis, menées par leur chefs respectifs, elles se séparent et commencent à se barricader : à partir d’arbres, de planches et de branchages, à la force de leur bras et de leur imaginations, les éclaireurs s’activent, et la forêt voit naître en quelques instants deux forts infranchissables. A l’heure du repas, chaque équipe négocie auprès d’un marchand pour acheter leur nourriture à cuire sur un feu allumé auprès de leur fort.
La nuit tombée, les combats vont commencer. Les équipes s’organisent rapidement : certains iront attaquer le fort ennemi tandis que d’autres resterons défendre le leur. D’autres encore devront se rendre auprès du marchand pour racheter leur amis qui auront été fait prisonniers. Les éclaireurs se lancent dans des mêlées et des ruées barbares, font preuve d’une discrétion absolue lors d’approches furtives et de missions d’espionnage, et n’hésitent pas à bluffer et à prendre des risques lorsque la situation semble désespérée. Tout cela pour un seul but : détruire le fort ennemi. Après des heures de lutte, alors que le fort du sauvage est sur le point de s’effondrer, son équipe parvient enfin à démanteler celui de Robinson : ils ont gagné la guerre ! Cette bataille à l’issue imprévisible aura été riche en stratégies d’équipe comme en actes héroïques, et chacun part enfin se coucher, épuisé mais fier.

Et c’est déjà lundi, le dernier jour de camp ! Après le rangement et le démontage des tentes, les éclaireurs partagent un repas commun, mais le beau temps n’est pas de la partie, et la pluie force tout le monde à s’abriter, à part quelques courageux.
Cet après-midi, une activité spéciale nous attend à Montgesoye : des herboristes nous font découvrir des plantes sauvages utiles : certaines sont comestibles, aromatiques, d’autres sont médicinales…
Les éclaireurs apprennent même comment manger des orties crues sans se piquer … et c’est très bon !
Guidés par les intervenants, nous avons aussi créé tous ensemble un herbier avec les plantes que nous avons découvertes et leur utilité. Le temps de marcher jusqu’à l’église du village et il est déjà l’heure de retrouver les parents !

Et voilà les photos de ce mini-camp !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.